Make your own free website on Tripod.com

Home

Obstacles/Optimisme

Les Obstacles :

 Le Liban dispose des ressources naturelles suffisantes pour se passer de l’énergie pétrolière, cependant, plusieurs obstacles l’empêchent de s’y lancer.

Après la période de troubles étendue de 1975 a 1990, le secteur d’énergie  du Liban devait être rétabli, des pénuries d'électricité demeuraient, le secteur de la construction redémarrait. Le Liban a mis en place un ministère de l'environnement en 1992.

Cependant L’économie libanaise souffre de défauts structurels graves pour lesquels il n'y a que peu de perspectives d'amélioration :

bullet une situation générale de surendettement,  
bullet des coûts élevés,
bullet des déséquilibres extérieurs,
bullet un faible niveau d'investissement.

 La principale difficulté qui pèse sur le secteur énergétique est le déséquilibre des finances publiques.

bullet

Ce secteur est peu ouvert à la concurrence et aux gains de productivité,

bullet

Il est chargé par des situations de corruptions, en effet, un des scientifiques que nous avons rencontrés nous a clairement dit que l'un des politiciens qu'il avait vu lui a demandé une somme de 3 millions de Dollars pour faire démarrer un projet énergétique et environnemental que le scientifique proposait.( Aucun nom ne sera mentionné par souci de discrétion)

bullet

Il connait de profondes distorsions,

bullet

il entretient une structure de coûts très élevés par rapport aux autres pays de la région : l’énergie au Liban est parmi les plus coûteuses au monde.

De plus, la politique possède une influence négative sur ce secteur liée à la lourdeur et corruption de la prise de décisions politiques, de l'administration et de l'appareil judiciaire.

Encore, le Liban est influé par les effets négatifs de la situation régionale d’autant qu’il bénéficie, en matière d’importation du pétrole, de prix (arabes) préférentiels.

Aussi, Les difficultés pour l'Etat de respecter ses engagements, dans une moindre mesure vis-à-vis des entreprises étrangères l’éloignent des investissements étrangers.

Il faut être optimiste car :

 Beaucoup d’organisations non gouvernementales sont concernées par la mise en œuvre des énergies non renouvelables  au Liban :

GreenLine mission : favoriser des campagnes environnementales de conscience afin de les confronter mieux.

GreenPeace Comme organisation globale Greenpeace se concentre sur les menaces mondiales les plus cruciales la biodiversité de notre planète et l'environnement.

AlJord  Le projet Al-Jord est né avec l'objectif de préserver les montagnes et forêts du Hermel, du Akkar et de Donniyeh dans une région connue sous le nom de Jourds, que l'on peut traduire par " montagnes. Depuis trois ans, des logements originaux formés de tentes traditionnelles, ont été construit où des conditions strictes sont appliquées en terme d'économie d'énergie, d'utilisation d'énergies renouvelables et de recyclage des déchets. Aux alentours, plusieurs projets d'agriculture biologique sont en cours de réalisation, ce qui permet d'offrir aux touristes une nourriture biologique.

 UNDP Campagne de conscience d'économie d'énergie au Liban: La campagne, y compris la télévision, la radio, les journaux, les magasins et les panneaux seront publiés pendant les mois de novembre et de décembre 2005.  La campagne vise à produire de la conscience publique sur la rentabilité et les avantages de la conversation d'énergie et de l'utilisation d'efficacité énergétique.

ADEME :  Agence de l'Environnement et de la Maîtrise de l'Energie (France). Missions :   susciter, animer, coordonner, faciliter ou réaliser des opérations ayant pour objet la protection de l'environnement et la maîtrise de l'énergie. Au Liban : les domaines de la maîtrise de l'énergie et de l'environnement: projet à Byblos (Jbeil), projet pédagogique "Liban Précieux - Planète Précieuse", projet d'amélioration des performances techniques des Bus.

 L’ALMEE L'Association Libanaise pour la Maîtrise de l'Energie et de l'Environnement est impliquée depuis plus de dix ans dans la problématique libanaise du développement et de l'environnement durable et harmonieux. Son but est de développer, approfondir et promouvoir au niveau national tous les procédés et les moyens scientifiques et techniques qui permettent une gestion plus rationnelle de l’énergie d’une part et des économies sensibles d’énergie.

 Organisation gouvernementale française : 

 Le FFEM  Le Fonds Français pour l'Environnement Mondial  a été créé en 1994 par le gouvernement français, pour favoriser la protection de l'environnement dans les pays en développement et en transition. Le FFEM participe sous forme de subventions au financement de projets qui contribuent au développement durable et ont un impact remarquable, innovant et reproductible, dans les grands domaines de l'environnement mondial : la biodiversité, l'effet de serre, les eaux internationales, la couche d'ozone, la désertification, et les polluants organiques persistants.

ET BEAUCOUP D’AUTRES…(NOUS AUSSI !)

 Atouts de l’économie libanaise :

 L’économie libanaise possède certains atouts qui encouragent les investissements étrangers et locaux pour la mise en œuvre d’énergies renouvelables tels que :

bullet

l’amélioration des infrastructures ces dernières années, surtout à Beyrouth

bullet

la stabilité du taux de change avec le dollar,

bullet

l’accès correct quoique coûteux aux technologies informatiques,

bullet

la présence d’un secteur bancaire solide, à la recherche de placements fiables pour ses dépôts,

bullet

une politique commerciale très libérale : grande ouverture aux produits étrangers ainsi qu’une bonne connaissance du marché régional,

bullet

l’expertise et le haut niveau de formation de la main d’œuvre libanaise (plurilinguisme).
 

Retourner au début

Pour plus de renseignements, contactez A. Fakhoury, M. Maalouf, C. Nabaa, S. Rahhal ou R. Spiridon